Mes défis

huyana_potosi_6800_mètres1

La raison stupide qui m' a amenée à ces défis

 

Je palpe, et palpe à nouveau.

C’est bien une boule, une boule de la taille d’une bille, dans mon sein gauche.

– Elle est énorme! Est-elle là depuis longtemps? Sûrement. Elle n’a pas pu apparaître du jour au lendemain!

Je prends rendez-vous chez le radiologue.

***

 

 

1# Le webcin.

 

Je ne pense même pas à passer par mon médecin traitant. Je n’ai pas de médecin traitant d’ailleurs…
L’angoisse monte. Mais je tente de rationaliser cette appréhension. Je suis jeune. Je n’ai jamais eu de problème de santé important. Tout ira bien.
Le rendez-vous est fixé une semaine plus tard. Je m’y rends, fébrile et stressée.

L’ambiance austère du centre de radiologie me file les chocottes. Il est peuplé de vieilles dames.

J’essaie de décrypter leurs visages. Certains traduisent une légère angoisse mais dans l’ensemble, j’ai la sensation que ces personnes sont habituées à ce type d’examen.

Pourtant, moi je ne le suis pas. Et je ne veux pas l’être. Surtout pas.

– Mademoiselle, c’est à votre tour! Entrez dans cette pièce et mettez-vous torse nu.

La personne ressort immédiatement de la pièce et ne réapparaît que 5 min plus tard.

– Alors, nous allons regarder ça. Avez-vous des antécédents de cancer du sein dans votre famille?

Les questions s’enchaînent. Mais je n’écoute pas, j’y réponds mécaniquement. Sans y porter intérêt. La seule chose qui m’intéresse c’est cet écran.

Cet écran aux couleurs grisâtre. Je me demande comment on peut y voir quelque chose là dessus d’ailleurs. Il y a des masses çà et là, des formes bizarres.

– Vous voyez là, c’est la boule que vous ressentez au toucher. Je vais vous prescrire une biopsie pour être sûre.

Je n’ai retenu que le mot: « biopsie ».

Comme je n’avais pas de médecin traitant. J’ai immédiatement récupéré les résultats avec la radio.

Je ne comprenais évidemment rien au jargon médical qu’il y avait sur les résultats. Du coup, j’ai décidé de faire mes propres recherches sur internet. Je me suis autoproclamée « webecin* ». (terme inventé par mes propres soins) 🙂

 


*Un webcin est une personne qui croit pouvoir diagnostiquer sa propre pathologie ou celle des autres à l’aide de recherches sur internet. Généralement, ses recherches comportent peu ou pas de données scientifiques ou médicales, simplement des témoignages/ commentaires sur des forums tel que Doctissimo. Cette tendance est née dans les années 2000 et a causé de nombreux états de stress et/ou même dépression pour les personnes les plus qualifiées dans ce domaine.


 

Selon mon diagnostic cybernétique très poussé: j’avais un cancer du sein avec des problèmes gastriques aigus. Mon auto-diagnostique m’a vraiment filé le cafard!

Je ne dormais plus. Je stressais énormément. Je philosophais sur le passé, le présent, et l’hypothétique future: Et si…, et si…. Je me goinfrais.

Malgré ma qualification de webcin acquise sur le tas, je me suis dit qu’un avis médical me serait tout de même utile. J’ai donc pris rendez-vous pour cette fameuse biopsie.

***

 

2# Un mois d’attente.

 

Un mois d’attente, 30 longs jours à s’imaginer le pire et le meilleur. Généralement, la journée tout va bien. Mais quand vient la nuit, l’angoisse monte en flèche.

A ce moment-là, je ne rationalise plus rien. La fatigue finit par altérer ma clairvoyance et le peu de bon sens qu’il me reste. Regarder Grey’s Anatomy m’était même devenu insupportable. Trop de mots barbares type sonde, sat, glasgow, drépanocytose, pustules…. 🙂

Au dixième jour, je suis allée voir un médecin généraliste. Mon sein gauche était extrêmement dur. A la palpation, le médecin me dit que j’ai un ganglion au niveau de l’aisselle gauche.

Elle m’ajoute une ordonnance pour la biopsie.

A cette annonce, je me dis que je dois faire quelque chose pour apaiser mes angoisses.

Tout comme Forest Gump, je me lève de ma chaise et je cours.

Courir. Respirer. Oublier. Me libérer. Voilà mon credo.

Je n’ai pas traversé les États-Unis. Parce qu’au bout de 3 km j’avais un point de côté. Mais, je cours. 2,  3 km. Je me rends compte du bien fait de la course à pied.

Chaque jours, j’enfile mon vieux T-shirt et mon jogging et je foule le bitume. J’enchaîne les kilomètres. J’augmente la distance, la vitesse. Je respire profondément. Et je souris, à nouveau…

***

 

3# Un électrochoc.

 

Le moment est arrivé. C’est l’heure du verdict. Je me retrouve de nouveau sein nu dans une salle sombre.

Cette fois, une étudiante accompagne le médecin. Il nous explique, à toutes les deux, chacune des étapes qu’il entreprend.

Je trouve ça plutôt fascinant. Je suis bizarrement très détendue lorsqu’il m’incise et me rentre une aiguille de 10 cm de long dans le sein.

Il dépose le prélèvement dans un liquide et se tourne vers l’étudiante:

– Vous voyez, on voit clairement qu’il n’y a aucun souci à se faire (bon en  réalité il a utilisé des termes médicaux dont je ne me souviens plus. Mais la traduction humaine de ce qu’il disait était celle là..)

Je suis sortie de l’hôpital et le soleil m’a semblé briller un peu plus fort ce jour-là. Ce n’est pas une métaphore.

Ce fût un tel soulagement. Mais aussi un énorme électrochoc!

Un électrochoc parce que ces très longues heures d’angoisses et d’incertitudes ont été une formidable opportunité!

Une opportunité pour me questionner,  remettre en cause: mon alimentation, le rapport que j’entretiens avec mon corps, les priorités dans ma vie.

Toutefois, de la prise de conscience à l’action il y a un gigantesque fossé. Parce que la vie reprend vite ses droits.

Vous savez c’est comme quand vous réalisez que vous venez d’échapper à un accident grave ou un truc énorme. Vous vous dites à 2 min près j’aurais pu y passer. Du coup, vous êtes très vigilant quelque temps, puis vous oubliez ce qui s’est passé… Cela vous est-il déjà arrivé?

La routine nous ramène vite à nos veilles habitudes sans que l’on s’en aperçoive parfois…  Pour moi c’est, la mal bouffe, la sédentarité, la procrastination…

Cette histoire est arrivée, il y a un an maintenant.

***

 

C’est pourquoi, j’ai décidé d’agir. De me challenger et sortir de cette routine. Sortir de ma zone de confort en me lançant ces défis.

Défi 1

Courir un marathon:

Pour tout vous dire, je ne cours plus du tout. Le marathon c’est 42.195 km en une matinée.

Pourquoi je souhaite courir un marathon ? Eh bien…

  • Pour le challenge,
  • Le dépassement de soi
  • Pour me motiver pour le défi n°2

Un jour, j’ai décidé, en regardant une chaîne de montagnes, que j’allais  grimper le sommet le plus haut. Le lendemain, je grimpais une montagne de 6088 m. Soit 12 heures de randonnée. Entre -15 et -30°C. Et plus 2 heures de grimpette au piolet et aux crampons.

C’est la photo que vous voyez ci-dessous.

J’ai pleuré au sommet parce que mes doigts avaient gelé. J’étais épuisée, j’ai mis 4 jours pour m’en remettre. Mais je l’ai fait et ce fut une des plus belles expériences de ma vie.

Alors pourquoi pas 42.195 km ? 🙂

J’ai beaucoup de doute. Je ne sais pas si je réussirais à enchaîner 40 km d’entrainement par semaine pendant 12 semaines. Je ne sais pas si je tiendrais sur 42 km. Mais j’ai envie d’essayer et voir ce qui se passera.

Plus de 50 000 personnes le font à Paris chaque année, c’est que cela doit être possible…

huyana_potosi_6800_mètres

Défi 2

Diminuer ma masse graisseuse et augmenter ma masse musculaire:

Pourquoi cet objectif? Au-delà de l’aspect esthétique, je souhaite:

  • Retrouver la forme & l’énergie physique
  • Réussir mes autres défis
  • Se sentir bien dans son corps

Défi 3

Tissu aérien: Etre capable de faire 5 tractions

tissu_aerien

J’ai  fait 1 an de tissu aérien en 2014-2015.

Le tissu aérien est une discipline circassienne qui demande force, souplesse et légèreté.

La photo que vous voyez ci-dessous, c’est le résultat de quelques chutes, des courbatures, des grimaces et quelques brûlures sur les bras et les jambes.

J’adore cette discipline! Et je souhaite rependre.

Simplement, lors de mon année de tissu aérien, je me suis rendu compte, que ma force physique n’était pas top. Je ne suis pas capable de faire une traction, ni plus de 3 pompes. Et les abdos n’en parlons pas.

Toutefois, faire du tissu aérien sans force physique c’est comme jouer au billard avec un fil. Autant vous dire que ce n’est pas évident! 🙂

Par ailleurs, les 11 kilos que j’ai pris ces 2 dernières années, n’arrangent pas mon cas.

2 Comments

  • Waouh c’est hyper ambitieux comme chalenge mais très excitant! Moi aussi cette année je me lance un défi « reprise en forme » histoire d’être bien dans mon corps de future mariée!
    Au plaisir de te suivre!

    • Bonjour Océane,

      Oui en effet, très ambitieux mais il faut bien se challenger! 🙂

      J’ai lu ton défi aussi, je pense qu’il est tout aussi ambitieux. En tout cas félicitation! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *